Fermer

Sign In

Fermer

Séries Cultes: 50th anniversary of Doctor Who

Séries Cultes: 50th anniversary of Doctor Who

Adrien Dubois Ahlqvist

+ from this author

Gallifray Stands !

Je vais probablement m’atteler à la tâche la plus arrogante que j’ai pu entreprendre sur ce site depuis que j’ai commencé à taper mes insanités puisque cette semaine je me propose de vous expliquer pourquoi Doctor Who est probablement la plus folle des séries de science-fiction jamais pensée et couchée sur pellicule ! Si la tâche est à ce point démesurée c’est que la série est la plus ancienne du monde, que ses passionnés sont légions et qu’en plus ce sont de gens pointus qui ne pardonnent pas l’erreur et que franchement il ont raison !

 

La plus longue série de science-fiction du monde !

Si je vous demande comme ça quelle est à votre avis la série de science-fiction la plus ancienne et la plus longue au monde vous me répondrez probablement avec un sourcil froncé et un regard condescendant que espèce d’inculte tout le monde sait que c’est Star Trek en ponctuant probablement par un « espèce d’inculte ». Le fait est que vous auriez non seulement tort sur la série mais même sur la nationalité de ses créateurs qui ne sont pas américains mais bien cette nation bénie de la science-fiction qu’es le Royaume-Uni (fendez-vous d’un petit god save the queen ici je vous prie) puisque comme le titre l’indique nous allons parler de Doctor Who ! Doctor Who est une série unique à bien plus d’un titre, déjà par le fait qu’elle soit née à la radio dans les années 50 sous la forme d’une série audio diffusée déjà à l’époque sur la BBC, elle a ensuite poursuivi son aventure à la télévision dans les années 60 pour 26 saisons ! Elle a ensuite été arrêtée pour manque d’engouement de la part des spectateurs avant de renaitre de ses cendres en 2005 avec son retour tonitruant qui a su créer un engouement rarement égalé si ce n’est par des mastodontes tels que Star Wars ou Dune. La série compte aujourd’hui plus de 800 épisodes sans compter les saisons audio dont certaines ont disparues sans laisser de traces participant un peu plus à la légende qu’entoure la série.

 

Qu’es que quoi ?!

La série raconte les voyages à travers le temps et l’espace du Doctor, un personnage issu d’une race extraterrestre appelée Time Lords qui étaient parvenus à maitriser les concepts de temps et d’espace au point de pouvoir les plier à leur volonté, une race qui s’est éteinte après la plus grande guerre des temps contre une race maléfique nommée Dalek qui à exterminé tous les Time Lords. Déjà là y’a beaucoup de concepts mais attendez donc un peu que je finisse mon histoire, vous allez voir que ça c’était encore la partie la plus simple ! Bon le Docteur voyage au moyen d’une machine appelée TARDIS (time and relative dimension in space) qui est normalement en mesure de se fondre dans les décors des mondes où il atterrit sauf que vu que ça c’est pété depuis des années le TARDIS garde la forme d’une boite de police anglaise bleue du 20e siècle. Un autre truc à savoir c’est que me TARDIS est plus grand dedans que dehors, infiniment plus grand comme on va le découvrir au fur et à mesure des épisodes. Pour ajouter un peu de simplicités dans ce monde compliqué le docteur voyage toujours avec un ou une compagnon humain qu’il trimbale dans ses pérégrinations. Ah j’ai aussi oublié de préciser que le Docteur a été joué par plusieurs acteurs au fur et à mesure des années puisque quand il se régénère il change de visage et de corps mais aussi de personnalités, on reviendra la dessus plus tardivement.

 

Le docteur, un personnage versatile, profond et magique

La série repose avant tout sur le personnage du Docteur dont on ne connait pas le nom et dont on nous explique très rapidement que son nom ne doit jamais être évoqué ce qui en fait de fait un personnage mystérieux. On ne sait pas beaucoup de son passé si ce n’est qu’il a participé à l’annihilation de sa propre race pour des raisons personnelles et qu’il à été un grand soldat dans la fameuse guerre du temps et que c’est suite à cela qu’il a pris son nom de docteur. Il y’a donc un coté vraiment sombre, vraiment sauvage, dangereux et violent en lui qui ressort parfois où il en devient inquiétant, vraiment inquiétant ! Dans le même temps il est bien souvent jovial, loufoque, brillant, génial et même complètement barré, un ensemble de caractéristiques qui lui permettent de se sortir de la plupart des situations dans lesquelles il se retrouve plongé, plus précisément les situations dans lesquelles il s’est fourré comme un grand. C’est cette dualité entre le soldat sombre et coupable combiné a sa jovialité, son intelligence et sa folie qui en font un personnage incroyable partagé entre ses profond regrets et sa recherche à tout prix de relations qui en font quelqu’un de profondément humain, d’incroyablement attachant et de fondamentalement passionnant ! Pour ne rien enlever à sa richesse ses régénérations ne font pas que changer l’acteur qui le joue mais change aussi certain de ses points de caractères tout en gardant ses fractures et les éléments principaux : le changement d’acteur est un changement d’approche dans le personnage suffisamment profond pour permettre à la série de renouveler aussi souvent. Qui plus est quand le docteur se régénère le TARDIS se modifie dans sa forme intérieure pour tenter d’exprimer les couleurs de la différence du personnage ce qui fait du TARDIS, une machine sans parole ni moyen de communiquer une expression de la psyché profonde du docteur et parfois même un personnage indépendant à part entière.

Les différents compagnons du docteur aussi ont une importance primordiale dans l’expression du docteur puisque il doit régulièrement s’adapter à de nouvelles personnalités qu’il ne parvient jamais à comprendre entièrement n’étant pas humain lui-même mais auxquelles il a envie et même besoin de se lier. Chacun de ces compagnons va mettre en lumière de nouvelles facettes d’un docteur profondément versatile et inclure le spectateur dans cette découverte et en même temps en le mettant à la place du docteur qui est un peu inquiet et parfois méfiant de ces nouvelles relations. La richesse de cette série est de faire vivre une aventure tant humaine que de science-fiction à un niveau fondamentalement personnel en nous mettant toujours dans les perspectives soit du docteur soit de celle de ses compagnons.

 

Une mythologie sans fond !

Tous les points précédemment évoqués étaient suffisant pour faire de chaque épisode de la série un tel événement pour de plus en plus de spectateurs mais ce qui en fait un pilier de la science-fiction hardcore c’est l’univers que la série déploie. Au fur et à mesure des 800 épisodes on rencontre un nombre incalculable de races, de personnages, de technologies, d’époques et de choses qui sont toutes cohérentes dans un l’univers du docteur. Chaque race est décrite avec une montagne de détails, de précisions et de richesse qui font de chaque entité un tout cohérent et intéressant qui en s’inscrivant dans le reste de la méta histoire ! C’est une richesse inégalée par aucun univers jamais produit et c’est une des raisons qui font que la série déchaine à ce point les passions et qui en même temps en fait un tout assez difficile d’approche. Je m’explique : entrer dans Doctor Who c’est un peu comme ouvrir au hasard une page d’une immense collection, imaginez par exemple ouvrir une page au hasard du seigneur des anneaux sans en connaitre quoi que ce soit et espérer la comprendre c’est à la fois infaisable et un peu crétin. C’est un peu le sentiment que vous aurez au début en rentrant dans la série et malheureusement le sentiment perdure un assez long moment mais la série de 2005 (le reboot donc) est suffisamment intelligemment construite pour parer à cette faiblesse et vous permettre de vous intégrer dans un monde où l’on rencontre avec une équivalente passion Van Gogh et Hitler ou encore les Daleks où même un visage tendu sur un cadre sans aucune autre forme de corps qui est la dernière représentante de l’espèce humaine lors d’un cocktail sur Mars lors de l’extinction du soleil et la destruction de la voie lactée !

 

Du coup ces 50 ans ?

L’anniversaire des 50 ans du docteur qui a eu lieu ça a été la célébration de la passion qui a créé et qui permet à la série de se poursuivre, l’anniversaire d’une passion sans commune mesure pour un univers de science-fiction complexe et génial, l’anniversaire d’un personnage unique, à contre temps de tous les codes de construction de personnage moderne et d’une série qui a réunit la SF classique et moderne tout en restant fidèle à l’idée que la SF est un moyen de parler du présent. Doctor Who est une série fondamentalement intelligente, maligne et franchement passionnante et qui permet à deux parfaits inconnus de se rentrer sévèrement dans le lard pour savoir qui est le meilleur docteur, la meilleure saison ou le meilleur méchant et pour l’avoir vécu moi-même c’est quelque chose qu’aucun autre univers ne permet à ce point ! Doctor Who est une série qui quand on la commence parait un peu débile et pas palpitante jusqu’à ce que, à un moment, sans trop savoir pourquoi ni comment on se surprend à rêver de sonic screw driver, de voyages dans l’espace, à entendre le son unique de l’arrivée du TARDIS et à adorer les Fez ainsi que les lunettes 3D en papier. Se lancer dans le docteur c’est dire adieu à sa vie sociale pour un moment et se plonger dans un univers généreux, loufoque et complexe et à en redemander toujours plus et à se poser des questions quant à la question finale : Doctor Who ?

 


Commentaires Nouveau commentaire

Laisser un message

* champs obligatoire