Fermer

Sign In

Fermer

L’actu du 25 mars 2013

Trentetroyestours

+ from this author

International :

Centrafrique : La capitale Bangui est en proie aux pillages depuis l’invasion de la ville par les rebelles de la Séléka. Le président François Bozizé s’est réfugié au Cameroun, le chef des rebelle Michel Djotodia s’est auto-proclamé président de la république centrafricaine. Il veut organiser des élections d’ici 3 ans.

Le pays a été suspendu de l’Union africaine. L’Union Européenne et les États-Unis ont également condamné ces violences.

Chypre : Un accord a été trouvé entre les ministres des finances de la zone euro, la présidente du FMI (Fonds Monétaire International) Christine Lagarde et les autorités chypriotes sur une modification du plan de sauvetage du pays. Chypre recevra 10 milliards d’euros. Plusieurs mesures sont demandées en contrepartie. La Laiki Bank, deuxième banque de l’île, devra fermer, ses dépôts seront repris par la Bank of Cyprus. Les dépôts supérieurs à 100 000€ seront taxés à 30%. Les autorités vont également instaurer une mise en place d’un contrôle des mouvements de capitaux  pour éviter des fuites vers l’étranger. L’impôt sur les sociétés passera de 10% à 12,5%. Plusieurs parlements de la zone euro doivent encore approuver ce plan de sauvetage.

Ukraine : La capitale Kiev a été paralysée par une tempête. Il est tombé en une journée l’équivalent d’un mois de neige. 50 cm recouvrent la ville.

 

chronique250313_1

 

France :

Consommation : Le magazine 60 millions de consommateurs et la Fondation France Liberté ont mis en évidence la présence de traces de médicaments et de pesticides dans 20% des bouteilles d’eau analysée, et ce quelle que soit la marque. « A court terme, il n’y a absolument aucun problème de qualité. Ces eaux sont parfaitement buvables » assure Thomas Laurenceau, le rédacteur en chef du magazine.

Société : Ils n’en démordent pas. Et déplorent ne pas être entendu par François Hollande. Les opposants au mariage pour tous étaient de nouveau dans la rue dimanche, à l’appel du collectif « la manif pour tous ». Une polémique avait précédé le rassemblement, les Champs Élysées ayant été interdits par la préfecture de police jeudi dernier pour « raisons impérieuses d’ordre public » liées à « la proximité géographique de plusieurs institutions sensibles ». Ils se sont finalement rassemblés de l’autre côté de l’Arc de Triomphe, Avenue de la Grande Armée. L’affluence était telle que les rues adjacentes (Avenue Foch, Avenue Charles de Gaulle, Place de la Porte Maillot…) se sont vite retrouvées débordées. Le rassemblement a mobilisé 300 000 personnes selon la police, 1,4 million selon les organisateurs.

Les CRS étaient présents pour empêcher l’accès aux Champs Élysées. Certains manifestants ont essayé de passer, provocant des heurts et des tirs de gaz lacrymogènes. Ces gaz qui ont déclenché une polémique politique, certaines personnes en ayant été victimes étant des enfants. La présidente du Parti Chrétien-Démocrate Christine Boutin, victime d’un malaise, en a appelé à la démission du ministre de l’intérieur Manuel Valls, affirmant avoir été « ciblée » par les forces de l’ordre. Celui-ci a démenti et a estimé que « la manif pour tous » avait échappé aux organisateurs, « débordés par des groupes extrémistes ». L’UMP a également vivement réagit. Pour eux, si les autorités avaient permis le rassemblement sur les Champs Élysées, le rassemblement aurait eu assez de place et n’aurait pas débordé. Le préfet de police justifie l’usage des gaz lacrymogènes. D’après son directeur de cabinet, les forces de l’ordre « ont été contraintes de faire usage ponctuellement de gaz aérosols compte tenu du comportement très agressif de certains manifestants ». 6 personnes ont été placées en garde-à-vue dont une convoquée ultérieurement pour « violences sans incapacité temporaire totale (ITT) sur personne dépositaire de l’autorité publique ».

À noter également des rassemblements en Outre-Mer (Réunion, Guadeloupe, Maritinique) et dans de nombreux pays (Royaume-Uni [Londres], Dubaï, États-Unis, Allemagne, Italie, Chine, Angola, Colombie…).

 

chronique250313_2

 

ESC :

Les paninis sont de retour à la K’fêt pour toute la semaine. 2,20€ le panini, 3€ dans la formule repas (panini + boisson + dessert).

– Repas mexicain organisé demain par le BDE. Au menu : FAJITAS. Puis soirée mexicaine le lendemain au Midway puis au Cotton Club.

Cotisants : 4€ le repas seul ; 1€ la soirée ; ou 4€50 le pack repas + soirée

Non-cotisants : 5€ le repas seul ; 2€ la soirée ; ou 6€ le pack repas + soirée

 

Alexandre GIRAUD

Sources : lemonde.fr


Commentaires Nouveau commentaire

Laisser un message

* champs obligatoire