Fermer

Sign In

Fermer


FIDLAR

FIDLAR

Fidlar
Genre:
Label:
Date de publication:

Pour les plus casse coup d’entre vous, cette semaine on sort son skate board et on monte le son des amplis Marshall. FIDLAR, ou l’acronyme de « Fuck It Dog Life’s A Risk » (en français, « Et Merde, Faut Savoir Prendre Des Risques »), a sorti son premier album le x février dernier sous le label Wichita.

Direct, brûlant et plein d’énergie, cet album composé de 14 titres, ne durant que 38 minutes, porte un hommage à la mouvance rock/punk californienne quelque peu délaissée mais qui revient en force dans nos jukebox depuis un certain temps. Dispensé de tout compromis, le groupe, habitué aussi bien des bruyants concerts dans des bars, que les plus grandes scènes en assurant la première partie de « The Hives » à moult reprises, pond une musique simple et sincère. Mais cela n’est surement pas l’occasion de délivrer de long discours pour parler d’un rock’n’roll ultra efficace qui n’a pas cherché une seule seconde la subtilité.

« Cheap beer », et le ravage commence. Le Rockabilly et la poussière des 70’s, le soleil de Californie parfaitement doré, 30 degrés à l’ombre et le bitume du skate-park brûlant. L’occasion de sortir les packs de bière premier prix et de s’en donner à cœur joie le poing levé. « Stocked and Broke » puis « White and white » avant de retomber sur un morceau plus pop : « Wave ». Plus loin, un titre aux très bon riffs qui se moque ouvertement du manque de panache qu’a le batteur sur une planche de surf avec « Max can’t surf » rappelle ainsi l’humour de ces quatre tarés qui n’en n’ont rien à secouer…

Toujours dans la logique des quatre accords saturés, répétés et simplistes : « Black Stoud » et son étonnante mélodie. Mélancolique tout en restant violente à souhait, elle fait la liaison avec les titres suivants, plus radio, même parfois quelques peu teenagers. Pour conclure le set, « Cocaïne », un morceau très heavy. La guitare rythmique garde le son punk mais la façon de jouer est d’autant plus brutale. La guitare solo est quant à elle plus subtile et apporte au morceau quelques légèretés.

Cette sous-culture punk dont FIDLAR fait hommage, mérite aussi bien un coup d’oreille qu’un coup de gueule face à certain groupe de rock se prenant un poil trop au sérieux. A écouter d’urgence, aussi bien entre potes que pendant son jogging…

 

Retrouvez sur ce lien un extrait live de « White on White » :

[tube]http://www.youtube.com/watch?v=lFFy1dipdLk[/tube]

L’album en intégralité ici